Wissembourg en Alsace & Santillana del Mar, Espagne

Jumelages

Le Dorat a noué des liens d’amitié avec Santillana del Mar en Espagne et Wissembourg (Alsace).

Jumelages
Blasons de Wissembourg et de Santillana del Mar

L’occasion de créer un espace de rencontre entre citoyens,de favoriser les échanges (scolaires ou autres) mais aussi de développer un esprit d’ouverture. Les jumelages ont été créés au lendemain de la 2nde Guerre Mondiale pour développer l’esprit européen. La connaissance de l’autre est un facteur de paix et l’entraide reste une valeur de solidarité universelle.

Santillana del Mar – Espagne

Santillana del Mar (Santillane en français) est une commune de la communauté autonome de Cantabrie en Espagne. La ville est située à proximité de l’océan Atlantique, entre Santander et San Vicente de la Barquera. La ville connue sous le nom : villa de las tres mentiras, la bourgade des trois mensonges, car « ni es santa, ni llana, ni tiene mar », elle est ni sainte, ni petite, ni sur mer (la commune a un accès à l’océan mais le centre bourg est sur le promontoire rocheux).
La ville constitue un ensemble historique et artistique composé de belles demeures médiévales et baroques que Jean-Paul Sartre a qualifié comme « le village le plus beau d’Espagne ».

C’est aussi un grand centre touristique accueillant des foules de visiteurs venus de toute l’Europe attirés par la collégiale « Santa Juliana » du XIIe  siècle, adossée à un cloître. Elle a été déclarée monument national espagnol en 1889.

En parcourant le dédale des rues pavées, on découvre des maisons à grands balcons de bois inondés de fleurs. La Casa de los Hombrones portant les écussons de la ville, les palais de Cassio, de Quevado, le lavoir et l’abreuvoir dans la rue del Rio. Créé en 1994, le Musée Jesus Otero, sculpteur, rassemble les œuvres de l’artiste et fait également office de bibliothèque municipale.

Classées au patrimoine d’intérêt mondial par l’ UNESCO en 1985: « Les Grottes d’Altamira » découvertes en 1879 offrent des peintures rupestres qui constituent des pièces fondamentales de l’art paléolithique. Toutefois, pour ne pas altérer la qualité des peintures, seule sa réplique est ouverte aux visites. Quant au musée, il est considéré comme étant le Musée de préhistoire le plus avancé d’Europe.

Wissembourg – France (Alsace)

Au nord de l’Alsace, au pied des Vosges, entre vignes et forêts, Wissembourg fût une ville frontière, aujourd’hui frontalière. Son histoire se lit, sur place, à travers plus de 400 édifices construits depuis le XIe siècle. Un lien spécifique s’est noué entre le Limousin en général et Le Dorat, en particulier.

Wissembourg est une ville du Bas-Rhin, limitrophe de l’Allemagne (état de Rhénanie-Palatinat). Elle est également située dans le Parc Naturel Régional des Vosges du Nord dont elle est la « ville porte » grâce notamment à ses 2 700 hectares de forêt (soit un peu plus de la moitié des 48 km² de la superficie de la commune).

Wissembourg a été fondée par des moines bénédictins qui y établirent une abbaye durant le Haut Moyen-Âge. Son développement et son rayonnement sont rapides et la cité dotée de remparts adhère à la Ligue des Villes Rhénanes en 1254 et fait partie de la Décapole en 1354, l’alliance des dix villes libres alsaciennes. Après le traité de Westphalie, qui plaça la ville sous la souveraineté française, Wissembourg eut le privilège d’accueillir le roi de Pologne en exil, Stanislas Leszczynski. Ayant déjà souffert des guerres de Religion (la ville avait choisi la Réforme) puis des conflits jalonnant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Wissembourg est le théâtre de combats décisifs en 1870 puis en 1944 et 1945.

L’abbatiale St Pierre-et Paul, second édifice gothique d’Alsace, haut lieu culturel au Moyen-Âge est réputée pour sa fresque géante de St-Christophe, ses vitraux du XIIe siècle, sa chapelle bénédictine et son magnifique orgue baroque du XVIIIe siècle.

Pourquoi un jumelage
entre Le Dorat et Wissembourg ?

Le 2 septembre 1939, conformément à l’Instruction générale de sauvegarde de 1938, débute l’évacuation vers le Limousin des Alsaciens et des Lorrains de la zone dite avant, comprise entre la frontière et la ligne Maginot. Les Wissembourgeois sont accueillis au Dorat.

Au Dorat, écoles, maisons particulières ou logements inoccupés furent réquisitionnés pour loger les Wissembourgeois. Malgré l’accueil amical, la cohabitation ne fut pas toujours facile. Beaucoup d’Alsaciens ne parlaient pas français ; tous étaient démunis de leurs biens, avaient perdu leur travail et vivaient à leur arrivée d’une allocation journalière. La scolarisation des enfants wissembourgeois fut aménagée en alternance avec celle des Dorachons. Beaucoup pensaient rentrer en Alsace dès le printemps 1940, mais rapidement, la guerre s’annonça longue. Il fallait se résigner à l’exil, qui dura une année entière. 

Entre 1940 et 1945, les deux régions ont ensuite vécu une histoire bien distincte : annexion et politique d’assimilation au régime nazi débouchant sur l’incorporation de force des hommes nés entre 1908 et 1928 pour l’Alsace et la Moselle ; engagement délibéré contre l’oppression allemande à travers le maquis et les nombreuses manifestations de la Résistance pour le Limousin.

Malgré la barrière de la langue et la différence de culture, des liens d’amitié se sont tissés pendant les mois de ce séjour. Des habitants des deux communes ont continué à entretenir des contacts directs ou indirects, exprimant ainsi leur respect mutuel et le souci d’une humanité partagée. Aujourd’hui encore, les familles wissembourgeoises et dorachonnes ont gardé des liens forts et le souvenir des moments passés ensemble.

Tous les deux ans, une rencontre entre les deux communes permet de renforcer ces liens d’amitié.

Source : www.ville-wissembourg.eu

La charte de jumelage entre Wissembourg et Le Dorat (Haute-Vienne) a été signée le 12 juin 2011. Par cette charte, les deux communes se sont engagées à :

  • nourrir des liens réguliers entre leurs deux administrations par échange d’information
  • favoriser des échanges individuels ou collectifs
  • participer au travail de mémoire en associant chaque fois que possible la commune jumelée à des manifestations de caractère exceptionnel
  • informer les générations futures sur les origines du rapprochement entre les deux communes
  • apposer un panneau « Commune jumelée » en entrée d’agglomération
  • contribuer pleinement à l’amitié entre nos deux régions du Limousin et de l’Alsace

X